Souviens-toi l’été dernier…

Le 15 mars 2018 Nathalie OT Puisaye-Forterre

Souviens-toi l’été dernier… non, on n’est pas dans un film d’horreur, rassurez-vous ! Mais plutôt de cette fin de journée magique que j’ai passé du côté de Saint Fargeau.

Je vous pose la scène :

On est fin juillet, c’est les vacances pour beaucoup de monde ! Une idée d’escapade pour mon père et moi me vient alors en tête : faire un tour en montgolfière. Mon paternel n’est ni chaud ni froid, mais j’arrive à le convaincre. Go ! Go ! Go ! J’appelle Eden Balloon,  pour prévoir ça avant début août et la reprise du travail de mon cher père. Mince, les conditions météos sont pas au top en ce moment (la météo nous aura tous !!), qu’à cela ne tienne, Sébastien me propose de me rappeler dès qu’il a de la place et que les conditions sont bonnes !

Et là, un mercredi matin, coup de fil : c’est Sébastien, il a 2 places pour vendredi et c’est sûr, on décollera, la météo est impeccable ! Mais mon père est déjà reparti…. Zut ! …Oh, et puis…. on ne vit qu’une fois 😉 Et c’est parti, je réserve une place pour moi toute seule ! niark niark niark ! :p

Je vous passe la semaine de boulot que j’ai passé à vous rencontrer (je suis sûre que vous êtes déjà venus me voir à l’accueil touristique de Charny !) et arrive le vendredi soir.

Ni une, ni deux, je quitte Charny pour Saint Fargeau et plus exactement le parc du château de Saint Fargeau. Bon, on repassera sur mon sens trèèèèès aiguë de l’orientation (« mais bon sang, ça se voit une montgolfière dans le parc du château de Saint Fargeau non ??? »), et après avoir fait 3 aller-retours dans tous les endroits du parc du château qui se préparait pour son spectacle historique du soir, je trouve enfin (!!) le site de décollage (« aaahh bah oui, je risque pas de voir la montgolfière puisqu’ils sont entrain de la charger d’hélium et donc le ballon est à plat !! » lol).

Sébastien est cool, il sait que je sors juste du travail. Petit récap’ avec lui des consignes de sécurité (« quand je dis attendez, vous attendez, quand je dis vous montez dans le ballon, ben vous montez ! » -> nota benne : toujours écouter le capitaine). Et là… eh bien c’est le florilège de photos qu’on commence tous à prendre !! (bon, je vous ai fait une sélection, hein,… sinon… y’en a beaucoup ! Genre 103 sur 2h30…)

Après les questions habituelles (« on va pas monter trop haut, hein ? ») et les réponses habituelles (« non, jusqu’à seulement 400m, c’est rien ! »), Sébastien nous prévient : « on grimpe dans la nacelle maintenant ! » (cf. le nota benne plus haut…). Alors, là, on comprend tous vite qu’il faut se dépêcher. Le ballon s’est redressé, la nacelle est posée au sol, retenue par les collègues de Sébastien, mais l’hélium et la chaleur pousse le ballon vers le haut. Il s’agit de ne pas rater le décollage !

C’est bon, tout le monde est bien à bord, et la montée se fait, tout doucement, gentiment… je jette un regarde par-dessus la nacelle m’attendant à avoir la peur du vide, mais non. La nacelle m’arrive à la taille, elle est stable, solide, bref, sécure !

Et là, je regarde au loin... mon regard se perd sur la Puisaye... quand on dit que la Puisaye est une terre d'eau et de forêts, ce n'est décidément pas un mensonge ! J'étais certes tombée amoureuse de la Puisaye-Forterre, moi, une lyonnaise pure souche, mais là-haut, dans le ciel poyaudin, j'en suis à nouveau tombée amoureuse. Et le château de Saint Fargeau que je vois du dessus, comme la ville elle-même ! Puis le ballon s'éloigne, et les bois et forêts de Puisaye nous accueillent branches ouvertes ! Au loin, on devine Moutiers, Ronchères et on découvre des bâtiments qu'on ne pouvait imaginer en Puisaye-Forterre ("mais c'est quoi cette.... église ?", "Oh là ? C'est une église copte !").    

Le survol de la Puisaye se fait tranquillement, on croise des chevreuils (à moins que ce ne soit des biches ? impossible à dire à cette hauteur !), un gyrocoptère ou encore des personnes dans leur jardin entrain de prendre l’apéro (« Eh on arrive ! » et la réponse, véridique, entendue « pas de soucis, descendez ! » Là, Sébastien nous apprend qu’on nous entend très bien d’en bas !! lol)

 

Puis le moment de la descente arrive. Ce terrain ? Non avec la haie, trop risqué. Celui-là alors ? Attention, il y a des lignes électriques. Avec son équipe au sol qui nous suit, Sébastien est toujours relié pour nous assurer un voyage en toute sécurité. Puis le terrain idéal est là, on se met en position dans la nacelle et on se pose….. comme si on s’asseyait tranquillement sur une chaise ! On est tous surpris ! On s’attendait presque à ce que cela nous secoue et que l’on soit bringuebalé ! Comme pour le décollage, on attend les consignes, on sort de la nacelle et on aide à plier le ballon. C’est super et participatif, on a un peu l’impression de faire partie de l’entreprise du ciel !

Comme le veut la tradition, avant de rentrer sur Saint Fargeau, on boit le champagne accompagné de quelques chips artisanales et on obtient le précieux sésame : notre baptême de l’air en montgolfière !!

Je pourrais vous en parler encore, c’est vraiment quelque chose de génial à faire, surtout avec une vue sur la Puisaye ! J’espère pouvoir revivre cette expérience avec une vue sur le lac du Bourdon… alors à suivre ! 😉

Laisser un commentaire


Retour